1er septembre 2013, Pierre Cleitman, écrivain : L’ésotérisme du 22 à Asnières.

Le pire des cauchemars serait pour moi un monde où je ne pourrais pas écouter les Conférences extravagantes de Pierre Cleitman.
Jean-Michel Ribes

Pierre_Cleitman_photo_Badia
Entre le One man show humoristique et la Conférence traditionnelle, Pierre Cleitman invente un nouveau genre : la Conférence extravagante, mélange irrésistible de réflexions ultra-sérieuses et de divagations ultra-délirantes.

Sans jamais se départir d’un flegme busterkeatonien, Pierre Cleitman nous livre dans un tourbillon de mots l’essence de ses cogitations, aux confins du réel et de l’absurde, du probable et de l’incertain, de l’arithmétique et du dérisoire.

En avril-mai 2004 Pierre Cleitman présente ses trois premières Conférences extravagantes au Théâtre du Rond Point : Le Sens de l’humour chez Descartes, Le Yin et le Yang dans les relations franco-allemandes, et L’Amour platonique dans les trains.

Sa quatrième Conférence extravagante L’esprit du labyrinthe dans le capuccino européen est saluée comme l’un des meilleurs spectacles francophones 2006 au Fringe Festival de Luxembourg – « Un philosophe errant que l’on situera quelque part entre Diderot et Raymond Devos », la Voix du Luxembourg.

En mars 2007 il présente Quel avenir pour l’étonnement, toujours au Théâtre du Rond-Point, où il participe la même année à la fondation de l’Université du Rond-Point. Il crée en décembre 2008 au Granit de Belfort, La place du mécontentement dans les énergies renouvelables.

En 2009, L’ésotérisme du « 22 à Asnières », en 2010, La place du sourire en coin dans l’esprit de système (créée à La Coupole à St Louis), en 2011, Comment les idées nous viennent dans les trains et même ailleurs.

En 2012 : Le sentiment d’autrui chez le Dodo (janvier 2012), Retour de la pensée magique dans notre présent qui n’est pas un cadeau (février 2012), La dernière ordonnance du docteur Nietzsche est en préparation pour fin 2013.

Affiche_PierreCleitman

Laisser un commentaire